Recevez gratuitement les 20 premières pages du TRESOR + LA LETTRE BLEUE


 

27 février 2012

Nous sommes libres !

Le bonheur est de l'autre côté.

De l'autre côté de quoi ?

De la souffrance.
De l'angoisse.

Il faut donc accepter de traverser l'épaisseur visqueuse et noirâtre pour le rejoindre. Pas d'autre route. Pas de raccourci.
Si vous souffrez trop il n'y a qu'une solution : patientez.
On se raconte que c'est "trop" mais c'est juste "beaucoup". Et tout passe.
Inutile de paniquer : ce moment pénible n'est qu'un moment. Sa fin arrivera plus tôt que vous ne l'imaginez.
Nous ne sommes jamais que des voyageurs, et chacune de nos tranches de vie est une étape. Après cette étape-ci viendra la suivante. Et ainsi de suite jusqu'à la fin.

On oublie toujours le facteur temps.

Et pourtant ce facteur-là ne manque pas de passer...

Y a-t-il encore des tragédies, quand on se souvient que tout passe ?

Peut-être.

Mais tant de grands malheurs insupportables ne sont tels que parce qu'on garde le nez collé dessus.

Prenez de la hauteur.

Il y a, à quelques mètres à peine, des vies qui se déroulent et des gens qui s'angoissent comme vous, mais pour d'autres raisons que vous. Des raisons inverses.

Si vous souffrez d'être seul, ils souffrent d'être en couple.
Si vous souffrez d'être exclus, ils souffrent d'être inclus.
Si vous souffrez de ne pas avoir le choix, ils souffrent d'avoir trop de choix.

Il y a tellement de manières de se rendre malheureux.

Mais prétendre au stoïcisme n'est qu'une pose... car cet idéal-là est inaccessible.

Cherchons plutôt le juste milieu. L'équilibre.

Des objectifs valables, pour commencer.

Car l'Homme n'est pas cette motte de glaise façonné par les circonstances et son environnement.

L'Homme n'est pas un Effet.
Il est une Cause !

Ne vous croyez pas déterminé - vous êtes au contraire un déterminant.

Votre volonté, votre liberté, votre pouvoir : trois mots pour parler de la même chose. Cette chose qui vous fait Homme (ou Femme).

Cette chose si précieuse dont l'idéologie dominante veut nous faire perdre conscience.

(Dans les bibliothèques universitaires, au rayon "Volonté", il n'y a RIEN ! ou juste un pauvre petit "que sais-je?" tout esseulé...)

Vous êtes cette force tendue vers les buts qu'elle se donne.
Vous êtes cet agent libre.
Vous êtes ce vouloir.

Et vous avez la capacité à obtenir ce que vous cherchez à obtenir.

Capacité naturelle, innée.

Regardez un bébé : il ne sait pas pourquoi il veut cette bouteille en plastique, mais il la VEUT. Il met tout en oeuvre pour l'obtenir sans plus attendre, sans tarder, sans douter. Il ne se dit pas "attends, attends... si je n'arrive pas à attraper cette bouteille je serai déçu, je me dirai que je ne suis pas capable de réaliser mes rêves, et ce sera horrible... il vaut mieux que je ne tente rien, comme ça je reste dans le doute. être déçu serait trop dur, je ne serais pas capable d'encaisser le choc, de prendre conscience que je ne suis qu'un perdant."

Non.

Le bébé se jette sur la bouteille de tout son corps. Il y va !

Et du coup il l'attrape. Et si on la lui retire, il hurle pour qu'on la lui rende jusqu'à ce qu'on la lui rende.

Sa stratégie est basique, mais efficace.

Il faut faire comme lui.

Si vous voulez quelque chose - et même si vous ne savez pas pourquoi vous la voulez - allez y ! Foncez ! Essayez de l'attraper : c'est à force d'essayer qu'on y arrive.

Ne croyez pas ceux qui vous disent  "l'Homme est déterminé par ses gènes... l'Homme est le cousin de la patate... L'Homme est conditionné par son passé, sa classe sociale, son enfance, etc."

C'est le contraire qui est vrai : l'Homme détermine. L'homme conditionne. L'Homme fabrique, modèle, façonne.

Regardez autour de vous : qui a bâti ces maisons, ces rues, ces usines ?

Nous sommes des agents libres. Des volontés agissantes. Des forces créatrices (et destructrices aussi malheureusement).

Et ce que nous voulons obtenir nous pouvons l'obtenir - à condition d'adopter la stratégie du bébé : FONCER.

24 février 2012

22 février 2012

Des nouvelles

Bonjour à tous,

ça fait longtemps que je n'ai pas écrit sur ce blog mais c'est pour une bonne raison : je termine les dernières mises au point de Marre de la vie, le livre, pour son édition. Elle aura lieu très très bientôt si tout va bien (mais pour l'instant je ne peux pas dire que c'est absolument sûr).

Il fait plus de sept cent pages et ce n'est absolument pas une compilation d'extraits du blog, même si bien sûr il y a des points communs.

Si tout se déroule bien, donc, dans quelque temps je vous annoncerai la sortie de "marre de la vie?" en librairie.