Recevez gratuitement les 20 premières pages du TRESOR + LA LETTRE BLEUE


 

14 avril 2012

Les 85 premières pages de "Marre de la vie" !

 Bonjour,

voici les 85 premières pages de "Marre de la vie", bonne lecture :

http://www.box.com/s/89746b1e5a351a72fef2

Chagrin d'amour : ne restez pas dans l'ornière du milieu

Si vous souffrez parce qu'il vous a quitté (ou parce qu'elle vous a quitté), choisissez à droite ou à gauche mais surtout, surtout, ne restez pas dans l'ornière du milieu.

à droite : ça y est, c'est fini, c'est dur mais je vais m'en remettre, j'accepte la réalité, je m'y résigne. Finalement ce n'était pas le bon, la preuve : il m'a quitté.

à gauche : non, ce n'est pas possible, je l'aimerai toujours, je ne renonce pas, je ferai tout pour qu'il ou elle revienne un jour, je l'attendrai 20 ans s'il le faut mais je garde espoir.

L'ornière du milieu : c'est fini et c'était l'homme de ma vie. Je n'ai plus aucune raison de vivre... je veux juste mourir.

Ne renoncez jamais à vos rêves si ceux-ci vous gardent en vie. Soyez utopiste plutôt que désespéré. Optez pour la résignation si vous sentez qu'elle est bonne pour vous, mais si vous sentez que la résignation vous tue, optez résolument pour l'espoir fou. Il n'est pas si fou que ça puisque vous en avez besoin, et il vous gardera en vie jusqu'à ce que :

1/ L'homme ou la femme de votre vie revienne effectivement vers vous ;
2/ Vous compreniez que finalement, vous n'avez rien perdu d'essentiel et vous rendiez disponible pour une autre rencontre.

12 avril 2012

Appel à traductrices

"Marre de la vie" va être traduit en espagnol, italien, anglais, japonais, russe et portugais.

Si le CHINOIS est votre langue maternelle, que vous êtes TRADUCTRICE, et que vous aimez ce blog, je vous propose de traduire "Marre de la vie ?" (le livre) pendant votre temps libre dans votre langue en échange d'un pourcentage significatif des gains obtenus par sa publication (en kindle, PDF, livre imrpimé à la demande...). Pour plus de détails, contactez-moi :

lucia-canovi@hotmail.fr

08 avril 2012

Vous perdez l'amour de votre vie, vous êtes persuadé que c'était la bonne, vous êtes anéanti par la rupture...

Et donc, vous pensez à vous tuer.
Pire : vous avez tout planifié, comploté : votre décès est prévu pour dans quatre jours.

Je comprends votre peine. Votre immense chagrin, votre désespoir. Nous avons besoin d'amour, et quand nous perdons ou croyons perdre la personne que nous aimons le plus au monde, celle auprès de qui nous trouvons sécurité, tendresse, confiance, franchement à quoi bon continuer à vivre ?

à quoi bon, en effet ?

Mais... l'avez-vous vraiment perdu, cet amour ?

Vous allez me dire : OUI, sans aucun doute ! elle a fait ses bagages, elle est partie en claquant la porte, elle s'est remariée avec Gustave, elle ne répond plus au téléphone...

C'est mal parti, je le reconnais.

Ceci dit des gens qui divorcent pour épouser quelqu'un d'autre, puis finalement re-divorcent et se remarient quatre ans plus tard avec leur premier conjoint, ça s'est déjà vu.

Mais permettez-moi de reprendre les choses d'un peu plus haut.

Vous souffrez, vous êtes dans une situation horriblement douloureuse (un chagrin d'amour, franchement je ne vois pas ce qui pourrez pire, sauf peut-être un décès, et encore ça se discute), et comme vous êtes persuadé que celle que vous aimez ne reviendra jamais vers vous, vous êtes sûr que cette souffrance intolérable que vous endurez actuellement ne cessera jamais, et que vous n'avez plus aucun espoir d'être heureux.

Vous êtes d'accord avec cette analyse ?

Très bien.

Si on prend les choses sous l'angle froid et impersonnel, mais rigoureux, de la logique il n'y a que deux possibilités :

1/ Soit, effectivement, la femme qui vous a quittée était la bonne : votre âme-soeur unique et irremplaçable.

2/ Soit la femme qui vous a quittée n'était pas la bonne, et vous n'avez pas encore celle qui est véritablement votre âme-soeur.

Actuellement, vous êtes profondément convaincu que c'est la première option qui est la vraie. Et peut-être qu'elle est vraie en effet : je n'en sais rien. Mais j'aurais tendance à vous croire : vous êtes mieux placé que quiconque pour savoir ce qu'il en est.

Donc, admettons que vous ayez été quitté par votre âme-soeur.

à partir de là, nous nous retrouvons à nouveau face à deux possibilités :

1/ Soit elle vous a quitté définitivement ;

2/ Soit elle vous a quitté provisoirement.

Si elle vous a quitté définitivement, et dans ce cas vos chances de bonheur sont effectivement très minces pour l'avenir (ou du moins vos chances de grand bonheur), soit elle vous a quitté provisoirement et elle va revenir.

Quand ?

Demain, après-demain, dans un mois, dans un an, dans deux ans, impossible de le savoir, mais un jour, ça c'est sûr.

En effet si elle est votre âme-soeur, vous êtes aussi son âme-soeur.

Il n'y a pas d'âme-soeur à sens unique : si elle est la vôtre, vous êtes la sienne.

Mais, dites-vous, elle m'a bien fait comprendre que tout est fini entre nous...

Et alors ?

C'est ce qu'elle pense à cet instant, oui. Mais souvent femme varie, et le temps change bien des perspectives. Le temps, la solitude, le temps, une autre relation, etc.

Si j'étais à votre place, voilà ce que je me dirais : "Je l'aime, je ne peux PAS renoncer à elle. Me tuer, c'est renoncer à elle. Je l'aime, donc je résiste. Je patiente. Je traverse cette souffrance atroce dans l'espoir de la retrouver de l'autre côté de ma douleur. Me tuer, c'est laisser tomber, c'est accepter sa perte. Je ne PEUX pas accepter sa perte... donc je continue à vivre."

Vous savez, tous les hommes qui se sont élevés au-dessus des circonstances avaient la mentalité suivante :

"Soit j'atteindrai mon objectif... soit je mourrai en essayant de l'obtenir."

Ces hommes ne se sont jamais dit :

"Soit j'atteindrai mon objectif... soit j'y renoncerai et je me tirerai une balle".

Pour eux, renoncer n'était tout simplement PAS une option.

Si vous aimez passionnément la femme qui vous a quittée, si vous êtes sûr que c'est la bonne, n'y renoncez pas.

Faites ce qu'il faut pour la faire revenir.

Et si actuellement il n'y a rien à faire, ou si vous ne voyez pas ce qu'il faut faire, attendez le bon moment.

Et attendant le bon moment, documentez-vous.

à quoi ressemble l'homme idéal ?...

Quelles qualités devriez-vous développer pour lui ressembler davantage ?

Parmi ces qualités, n'y aurait-il pas par hasard l'ESPOIR, le COURAGE, la PATIENCE et la PERSEVERANCE ?

06 avril 2012

"Marre de la vie" est enfin publié !

Le voilà, je le tiens entre mes mains : un gros beau livre.

Je ne peux pas vous dire quand il sera à la Fnac mais c'est imminent maintenant... Deux semaines maximum, enfin je pense.

Si vous voulez le lire tout de suite, allez sur lulu.com ou sur Amazon.fr - en livre électronique.

Au fait, je dois vous signaler quelque chose d'intéressant : Amazon.com dispose d'une fonction "look inside" (allez au coeur) qui affiche environ 10 % du livre.

Comme "Marre de la vie ?" fait 859 pages, calculez vous-même : ça fait tout de même 85 pages que vous pouvez déjà lire - gratuitement !

04 avril 2012

Savez-vous ce que vous risquez de perdre en ne lisant pas "Marre de la vie" (le livre) ?

Savez-vous ce qui est plus précieux que l'argent ?

Le temps.

Car le temps, c'est la vie. Le temps dont vous disposez est littéralement votre vie.

Arriver au bout du temps qui nous est imparti, c'est arriver à sa "dernière heure".

"Marre de la vie ? Tuez la dépression avant qu'elle ne vous tue" n'est pas un livre comme les autres. La plupart des livres prennent une partie de notre temps, et en échange, nous donne des informations et des idées ou du divertissement, parfois un peu des deux. Mais le divertissement nous rend souvent moins apte à régler les problèmes que nous rencontrons dans notre vie quotidienne (en focalisant notre attention sur un monde imaginaire) et les informations ne sont pas toujours justes, les idées pas toujours vraies - qui plus est, beaucoup de livres se contentent de répéter et de délayer ce que d'autres livres ont dit avant eux.

Le marché que nous passons en lisant un livre n'est donc pas toujours très rentable. C'est souvent un marché de dupe.

En lisant "Marre de la vie" vous passez un marché tout différent. Un marché extrêmement profitable.

Vous donnez à ce livre hors du commun quelques heures, et en échange, vous sauvez des années de votre vie !

Laissez-moi développer un peu...

Une personne qui sombre dans l'alcool ne se rend pas compte que le temps lui file entre les doigts. Dans ses rapports passionnels avec la bouteille, elle ne voit pas le temps qui passe. Son couple s'effrite, son corps se délabre, ses projets sont au point mort, mais elle ne s'en aperçoit pas. Si par volonté ou par chance elle se sort un jour de l'alcool, elle s'aperçoit qu'elle a perdu des années à cause de la boisson. Des années où elle n'a rien construit, des années qui ont gravé des rides sur son visage et préparé une cirrhose pour son foie et qui ne lui ont rien apporté de bon. L'alcool lui a volé toutes ces années-là.

Pareil pour une femme qui sombre dans une relation passionnelle avec un homme marié : elle l'attend, elle espère qu'il va quitter sa femme, elle vit en fonction de ses désirs et besoins à lui, et au bout du compte, elle se réveille un jour en s'apercevant que cette "belle" passion lui a volé des années d'existence, qu'elle n'a pas de mari, pas d'enfant, et qu'elle est partie pour n'en jamais avoir. Sa passion amoureuse aveugle lui a volé des années de vie, et toute chance de construire un jour une famille.

Il n'y a pas que l'alcool ou la passion amoureuse qui peuvent nous voler des années.
Il y a toutes sortes de pièges où l'on peut s'engluer de cette manière.

Ce qui fait la spécificité de "Marre de la vie ?", c'est qu'il vous donne une vue panoramique et surplombante sur le territoire.

Quel territoire ?...

Celui où vous marcher actuellement.

1/ Sachant que vous êtes un être humain normal (même si vous croyez le contraire) ;
2/ Sachant que vous sentez concerné par la "dépression" ;
2/ Et sachant que vous vivez en 2012 dans un pays occidental ;

Vous êtes situé quelque part sur ce territoire.

Or ce territoire est un champs de mines.

Mais non, pas de mines - de pièges-à-loups, plutôt.
De chausse-trappes.

Il est très facile de tomber dans l'un de ces pièges, et quand on y tombe, en général on y reste des années.

Je dis ça sans exagérer et parce que c'est ce que j'ai compris après avoir beaucoup étudié le sujet (sans parler du fait que c'est ce que j'ai vécu personnellement).

Qui plus est, si vous vous sortez d'un piège vous avez de grande chance de tomber immédiatement dans un autre piège qui lui fait face.

"Marre de la vie" vous donne la carte de ce territoire : après l'avoir lu, vous êtes capable d'éviter les pièges parce que vous comprenez leur mécanisme, vous savez pourquoi les gens qui y tombent y tombent, et vous savez aussi où ces chausse-trappes sont situés, très précisément.

"Marre de la vie" est la carte dont vous avez besoin pour vous repérer et avancer dans la direction que vous avez choisie (ou que vous choisirez après votre lecture).

La plupart des auteurs, même les bons, cherchent à un moment ou à un autre à compliquer les choses pour se poser en spécialiste et propriétaire de ce qu'ils ont ainsi compliqué. Même les meilleurs auteurs ont tendance à faire ça. Cette complication inutile a pour effet d'accroître leur prestige mais aussi de diminuer le pouvoir que le lecteur a sur sa propre vie.

Moi je n'ai rien à vous vendre - je veux dire je n'ai aucune solution brevetée et copyrightée à vous vendre. Pas de "méthode Lucia Canovi" pour sortir de la dépression.

Je veux juste que vous preniez ou repreniez le contrôle sur votre existence et pour cela je vous fournis une carte.

Si "Marre de la vie" est si long, c'est parce que comme je vous l'ai dit, la plupart des pièges qui parsèment le territoire où vous êtes actuellement sont doubles. Qui sort de l'un tombe dans l'autre.

Au départ, "Marre de la vie" n'était pas censé faire 859 pages... mais je me suis aperçue en l'écrivant que je ne pouvais pas vous mettre en garde contre le piège A sans vous pousser involontairement dans le piège B qui lui fait face. Il fallait donc que je vous prévienne de l'existence de A, et immédiatement après, de l'existence de B.

C'est ce que j'ai fait, et c'est ce qui explique la longueur exceptionnelle de "Marre de la vie".

Lisez-le pour mettre à l'abri ce que vous avez de plus précieux : votre temps, votre vie.